Il était une fois l’Amer©irque

Entre la fable et la satire sociale, ce conte traite de corruption, de consommation pétrolière et de la militarisation qui en découle parfois… L’humour, l’amour, les jeux de mots, le slam et le doux son de la guitare permettent à cette parole conteuse de s’infiltrer en nous, avec  audace et sensibilité.

sumé:

Un immense cirque s’installe au village. Les beaux-parleurs des hauts parleurs et toutes les affiches qui aguichent, invitent le public à l’hyperformance de l’Amer©irque. Les numéros se succèdent; dompteurs d’ami-lions, cracheurs de feu et avaleur de sabre bitumineux… tout semble bien se dérouler jusqu’à ce que le cirque aille trop loin. Les cracheurs de feu brûlent trop d’essence. Et même si les raffinés rient, le grand public ne trouve pas ça drôle. On voit alors sur scène les accroc-se-battent et les cons-tortionnaires se joindre à l’homme canon… Le public tolérera-t-il que ce cirque ambulant se transforme en cirque ambulance? C’est ce que nous réaliserons, tous ensemble…

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *